Collection

LALIQUE - OPÉRA DE PARIS

 Avec cette deuxième collection, Lalique et l’Opéra national de Paris entrouvrent aujourd’hui encore un peu plus le rideau sur les richesses de leur patrimoine. Remontons jusqu’à cette époque qui, conclura plus tard l’Histoire, était Belle. Il flotte alors dans l’Art quelque chose de « Nouveau ». Au centre de la modernité, le maître joaillier Re...

 Avec cette deuxième collection, Lalique et l’Opéra national de Paris entrouvrent aujourd’hui encore un peu plus le rideau sur les richesses de leur patrimoine. Remontons jusqu’à cette époque qui, conclura plus tard l’Histoire, était Belle. Il flotte alors dans l’Art quelque chose de « Nouveau ». Au centre de la modernité, le maître joaillier René Lalique, « inventeur du bijou moderne » devenu maître verrier, brille d’ardeur à « créer quelque chose qu’on n’aurait pas encore vu ».

Le 25 juin 1910, Serge Diaghilev, fondateur des Ballets russes, fait danser sur la scène de l’Opéra de Paris son Oiseau de feu. Lalique, sachant capter la beauté de son temps, fut des premiers conquis par les spectacles d’art total donnés par la compagnie. Soudain, les codes de la danse classique mais aussi de la scénographie explosent : « La révolution que nous avons opérée dans le ballet, dira Diaghilev, concerne avant tout les décors et les costumes ». Et c’est précisément drapé de l’un de ces plus beaux costumes, celui du rôle-titre de L’Oiseau de feu, féérie de jaune, rouge et orangés, imaginée par Léon Bakst, que la nouvelle collection de joaillerie Lalique s’invite pour la seconde fois à l’Opéra national de Paris.

Sur la trame des amours de Roméo et Juliette, Le Baiser puise également aux sources des deux Maisons. En 2016, la passion des amants de Vérone se joue sur la scène de l’Opéra national de Paris, de mars à avril, dans la chorégraphie de Rudolf Noureev et se reflète dans une collection de 7 bijoux. Leur motif, un baiser inspiré d’une broche conçue par René Lalique en 1904-1906, cristallise ce désir que le maître avait lui-même gravé :

« Je rêve aux baisers qui demeurent toujours ».

Plus